Pour n’importe quelle entreprise, le business plan est un document vital. À la fois feuille de route pour l’équipe porteuse du projet et véritable argument de financement destiné à convaincre les partenaires et investisseurs potentiels, il doit être élaboré avec un soin tout particulier. Si sa rédaction peut sembler complexe, elle est pourtant loin d’être insurmontable. Suivez le guide !

Business plan / business model : quelle différence ?

Un business plan permet d’évaluer la faisabilité d’un projet porté par une entreprise, le pilotage de sa mise en œuvre, les voies possibles pour son évolution, ainsi que ses différentes sources de financement. S’il sert en interne pour expliciter la vision des fondateurs et la façon de parvenir à des objectifs précis, il est aussi destiné à rassurer les banques, business angels et autres organismes externes, susceptibles de financer la startup.

Le business model, dont nous avions déjà parlé, n’est quant à lui qu’une partie du business plan. Son but est de décrire le modèle économique de l’entreprise, dont le projet est décrit plus globalement dans le business plan. Le business model ne saurait donc se suffire à lui-même car il ne contextualise pas le projet dans un ensemble plus vaste, incluant notamment l’étude de la concurrence et du marché, ainsi que toute la partie « exécution », comme le plan d’actions opérationnel.

À lire aussi : Comment bien choisir ses investisseurs ?

Le business plan, un dossier complet et exhaustif sur votre projet

Cette feuille de route offre une vision exhaustive et complète d’un projet, tout en reflétant la personnalité de son porteur. Elle garantit en partie la réussite de la création d’entreprise. Le business plan doit ainsi s’adapter à la typologie du projet, selon qu’il est technique ou non, le besoin en capitaux, etc. Mais, dans tous les cas, plusieurs points sont à aborder :

  • L’executive summary est en quelque sorte la bande-annonce du projet qui figure au début du business plan et qui donne l’envie d’en savoir plus. C’est une partie à soigner tout particulièrement car c’est la première qui est lue et sur laquelle peut se jouer une décision d’investissement, en plus de la rencontre avec les fondateurs du projet.
  • La suite du document permet de présenter l’entreprise elle-même, en revenant sur son histoire, ses valeurs et sa vision du futur.
  • Cette présentation peut être améliorée par celle de l’équipe impliquée dans le projet. Pouvoir mettre un visage sur des noms et survoler d’un coup d’œil les compétences mises en œuvre pour faire naître le projet peut jouer en votre faveur.
  • Évoquer ensuite les produits et les services proposés permet de donner un contexte concret à la réalisation du projet.
  • L’étude de marché (que nous avons déjà évoquée sur notre blog) permet d’étudier la faisabilité du projet et l’intérêt qu’il peut susciter auprès du public visé. Elle situe aussi le projet par rapport à la concurrence.
  • Le point précédent amène au business model, qui doit proposer un modèle économique viable.
  • Le plan d’action consiste en un plan de R&D et de production, une stratégie commerciale et marketing aboutie, ainsi qu’une description précise et chiffrée des moyens prévus, qu’ils soient humains, logistiques, matériels ou financiers.
  • Enfin, un plan financier autonome doit faire apparaître un plan de trésorerie, un plan de financement, un compte de résultat ainsi qu’un bilan prévisionnel. Si ces éléments ne doivent pas être « au centime près », mais permettre à un lecteur de comprendre le fonctionnement financier de l’entreprise, ses facteurs de risque, les capitaux à mobiliser, la dynamique de trésorerie, etc.

Les bonnes pratiques à adopter pour votre business plan

Un business plan fait dans les règles de l’art doit respecter certaines règles et éviter quelques pièges.

  • Élaborez votre business plan en équipe, et non seul, afin de garantir l’adhésion de tous au business plan.
  • Vérifiez les informations sur le marché dans lequel évolue votre entreprise : une simple étude « documentaire » sur le web pourrait vous amener à faire de mauvaises hypothèses. Et, surtout, ces informations généralistes ne montrent pas à votre lecteur que vous connaissez votre sujet et que vous vous êtes intéressé aux acteurs du marché.
  • Un business plan doit constamment évoluer. Pour devenir pleinement opérationnel, adaptez-le en fonction des retours qui vous parviennent sur sa forme et son contenu.
  • Restez réaliste dans les buts et moyens du projet. En promettant la lune, vous ne pourrez que décevoir vos partenaires. L’important est que vous développiez votre projet en l’ancrant dans le réel et le réalisable, non pas que vous arriviez à faire croire au plus grand nombre à votre roman de science-fiction… Le réalisme est d’abord un cadeau que vous vous faites à vous-même.
  • La partie financière doit être particulièrement soignée : la réussite du projet passe par la maîtrise des éléments comptables. C’est donc une part importante de crédibilité qui se joue dans ce chapitre.
  • Enfin, ne maniez pas la langue de bois et évitez absolument les fautes d’orthographe !

Quelles aides pour débuter dans la rédaction du business plan ?

Rédiger un business plan peut sembler complexe, mais d’autres sont passés par là et peuvent vous aider. Vous pouvez par exemple demander conseil ou le donner à lire à d’autres entrepreneurs et à des experts pour récolter des avis et l’améliorer à partir de remarques constructives. N’hésitez pas à solliciter les chefs d’entreprise de votre réseau pour en faire une lecture critique et constructive, car ce sont souvent les mieux placés pour déceler les incohérences, les éléments qui ne sont pas suffisamment compréhensibles, etc.

Participer à un concours de business plan peut enfin être un exercice très formateur pour apprendre à élaborer ce document essentiel. Et, si vous êtes vraiment en panne sèche, des modèles avec un pré-plan existent : de quoi vous aider à vous lancer !

À lire aussi : Le B.A.-BA du Business Model Canvas

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *