Peut-on réussir une aventure entrepreneuriale quand on apprend “sur le tas” ? C’est une entreprise difficile, mais de nombreux outils existent désormais pour se former, et ainsi améliorer considérablement ses chances de réussite. Voici les plus efficaces.

Les MOOCs

Le MOOC, ou Massive Open Online Course (“cours en ligne ouvert et massif”) est né aux Etats-Unis et au Canada. D’abord cantonné au milieu universitaire, le MOOC a désormais sa place dans d’autres disciplines comme le marketing digital, la comptabilité, le Big Data ou encore le droit du travail. En entreprise, on parle d’ailleurs plutôt de COOC, pour Corporate Open Online Course.

Le principe est simple :

  • Le cours est diffusé sur Internet ;
  • Ce n’est ni un reportage, ni une conférence ;
  • L’accès est libre.

Le bonus ? Suivre un MOOC peut entraîner la délivrance d’un certificat (qui est lui souvent payant). Pratique pour, par exemple, convaincre des investisseurs de votre capacité à gérer une entreprise !

De nombreuses universités et grandes écoles proposent des MOOCs consacrés à la création d’entreprise. Citons par exemple l’EM Lyon et HEC Montréal pour les versions françaises, et Stanford ainsi que les universités de Caroline du Nord et de Washington pour les versions anglaises.

Les concours de startup

Créer une startup, c’est devoir “vendre” son concept à des clients potentiels ou à des investisseurs. Ce qui n’est pas inné chez tout le monde !

Les concours de startup permettent de se former au pitch, c’est-à-dire à la présentation en quelques minutes de son activité. Cela permet de mieux appréhender son discours, d’apprendre à parler en public, de mieux résister à la pression… Bref, des impératifs pour tout entrepreneur, d’autant que les prix à gagner (souvent en cash) peuvent être intéressants.
Il existe, tout au long de l’année, de nombreux concours : le Start-Up Contest, le Startup SESAME, le Concours d’Innovation Numérique, le Concours Talent des Cités

Les séminaires

Lorsqu’on monte une startup, un passage par un séminaire dédié aux jeunes entreprises innovantes peut s’avérer redoutablement efficace. Il est ainsi possible de rencontrer des partenaires potentiels, d’autres entrepreneurs, des représentants d’institutions, des structures accompagnatrices… D’un point de vue formation, c’est aussi l’occasion d’entendre des retours d’expérience, positifs comme négatifs, et d’en tirer les leçons qui s’imposent pour sa propre aventure entrepreneuriale !

Les séminaires dédiés aux créateurs d’entreprises innovantes ne manquent pas. Citons, par exemple, Plug & Start, organisé tous les ans par la Technopole de l’Aube en Champagne !

Les formations des CCI

Les CCI ont pour mission d’aider les entreprises locales à se développer. Pour cela, elles organisent régulièrement des formations, en petits groupes, pour accompagner les entrepreneurs qui lancent leur business. Pratique pour poser toutes ses questions aux experts qui animent ces sessions !

Les incubateurs étudiants

La transition entre le statut d’étudiant et celui d’entrepreneur peut parfois être compliquée. Les incubateurs spécialisés dans cet entrepreneuriat “juvénile” peuvent aider à faire les bons choix, au bon moment : coaching d’entreprise, formation, networking… Tout est fait pour que les entrepreneurs les moins expérimentés parviennent à mener leur barque le plus loin possible.
Il existe ainsi plusieurs incubateurs étudiants en France. En Champagne, celui de la Technopole de l’Aube se nomme le YEC (Young Entrepreneur Center) !

L’accès à l’information est essentiel lorsque l’on monte sa première entreprise. Les pièges peuvent être nombreux, et c’est en apprenant que l’on met toutes les chances de son côté pour passer le fameux cap de la première année !

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *